Chroniques du séjour Août 2017

C’est pour l’école que les parents Haïtiens se sacrifient, vendent le peu qu’ils sont, travaillent toute la journée. mais ils n’y arrivent pas.
L’école est trop chère. L’école est le moyen pour quelques uns de racketter la population pauvre.
Le gouvernement ne peut pas instaurer l’école gratuite ; seules les grandes congrégations, ou quelques écoles privées ; subventionnées, avec des cantines, des bons profs, des horaires suffisants, peuvent dispenser un enseignement digne de ce nom. Mais c’est beaucoup trop cher pour les pauvres.
Le PAM n’aide pas les plus pauvres.
Des dizaines de milliers d’enfants quittent l’école, faute de moyen. C’est un énorme gaspillage pour le pays et un grand désespoir pour les parents qui savent qu’ hormis l’école, il n’est pas de salut pour leurs petits.
Chaque année, nous sommes obligés de faire appel aux parrains ou aux bonnes volontés, pour que les enfants puissent continuer leurs études. Seuls, nous ne pouvons pas y arriver.
Deux pages : deux exemples de ces enfants qu’il faut aider. Il y en a tant d’autres...
Merci à tous.
Pour voir les pages : cliquez sur l’icone


Actualités

  • Aide de la France à nos cantines scolaires en 2020

    Objectif : 90000 repas pas année.


    L’Ambassade de France en Haïti renouvelle son aide, pour 2019/2020, à l’Association Enfants-soleil et à l’association Timoun Restaveks pour les cantines des écoles.

    L’originalité de ce projet éthique est d’acheter des denrées de premières nécessité aux producteurs haïtien : riz, haricots et maïs pour aider les cantines à offrir des repas aux enfants.
    Nous savons combien les enfants de quartier pauvres souffrent, entre autres difficultés quotidiennes, de la malnutrition et combien, dans les circonstances actuelles, cette aide est précieuse. Nous mesurons souvent mal cette souffrance, et l’injustice inacceptable qu’elle représente.
    Pour une seule école de 200 élèves, la cantine représente 40000 repas dans l’année. C’est beaucoup d’argent et bien souvent, nous ne pouvons servir un repas chaque jour de la semaine. En tout nous devrions servir 90000 repas chaque année.
    Nous avons publié sur ce site le prix des différents repas qui peuvent être servis, ils ne sont pas suffisant en qualité nutritionnelle.
    Les prix des denrées de base ne cessent d’augmenter, à cause de la dévaluation de la gourde qui est de 20% par an ! Le riz, abordable pour les moins riches, est importé, comme beaucoup d’autres produits et tout est payé en dollars américains.
    Cultiver sur place et vendre sur place serait une bonne solution pour que le pays redevienne autosuffisant. Mais pour le moment les produits de l’agriculture locale sont inabordables pour la plupart des habitants. L’agriculture haïtienne est soumise à de nombreux aléas climatique et maladies tropicales.
    Au nom des enfants,nous remercions chaleureusement l’Ambassade de France pour cette aide.

    Nous avons besoin d’autres soutiens. Pensez à ces enfants. Merci

    Combien faut-il d’argent pour les divers types de repas ?
    Cliques sur l’icône ci-dessous.

  • Lisez notre article sur la vie à Cité Soleil....

    Lisez notre article sur la vie à Cité Soleil.
    Un SOS d’un jeune haïtien qui y vit.
    Rubrique "Activités" en déroulant le menu.

  • " Ayi’ti koze sou..." !

    Le droit des enfants en Haïti. Les enfants "Restavèks"
    Le Collectif Haïti de France, en partenariat avec le CICP est heureux de vous inviter à la conférence - débat :
    "Le droit des enfants en Haïti" en présence de Gérard Renard et Myrvine Marcelin

    Jeudi 13 juin 2019 ! CICP. 21 Ter Rue Voltaire. Paris 11.

    Métro : Nation puis "Boulets" (Ligne 9)
    Voir l’invitation et le contenu dans notre rubrique "Actualités".

  • Sculptures en fer d’Haïti.

    De nouvelles sculptures ! Visitez notre galerie sur ce même site !

  • Massacres entre gangs en Haïti.

    Près de cinquante morts dans les rues du quartier de La Saline, sur la route de Cité Soleil
    Parmi ces morts, des femmes et des enfants, tués lors de batailles entre les gangs du quartier, qui se disputent certains secteurs du quartier pour le trafic de drogue, le racket et la main mise sur le plus grand marché de gros du pays, celui de Croix des Bossales, où les marchands et marchandes sont régulièrement agressés, volés.

    Lire notre article dans la rubrique "Actualités". Qui reprend l’enquête de l’« Association de défense des droits humains en Haïti. »

Articles de cette rubrique

  • Cyclone IRMA. Catastrophes.

    par Gérard

    Les conséquences du cyclone touchent toujours les plus pauvres. Deux catastrophes majeures dans les secteurs où Enfants-Soleil est présente. Elles touchent ceux qui avaient déjà du mal à survivre.

    La plaine de l’Artibonite et La zone d’Onaville