Médiapart. Gangs et politique en Haïti.

par Gérard

Haïti est plongé dans l’anarchie et la violence.
Les massacres perpétrés par les gangs n’ont rien à envier à ceux des pires actes de barbarie de l’histoire récente du monde.

Dans tous les quartiers des villes et sur les routes des campagnes, ces groupes, fortement armés, sévissent, rackettent, pillent, incendient et tuent.
Le but est évidemment de terroriser les populations. Qui les manipule ? Il est bien difficile de le savoir, d’autant qu’ils se massacrent aussi entre eux.

Parfois ils filment leurs exactions, les mettent sur les réseaux sociaux, pour augmenter la terreur. Ces images ne peuvent être diffusées tellement elles sont violentes.

Les premières victimes sont les habitants des quartiers pauvres qui on déjà beaucoup de mal à survivre dans cette situation de blocage du pays.
L’aide internationale est bloquée. Les ambassades rapatrient leurs membres.
Un couple de Français a été assassiné dimanche. Ils venaient voir, pour la première fois, un petit enfant qu’ils devraient adopter. Les bandits en moto voulaient s’emparer de leurs bagages.
Les écoles, fermées depuis la rentrée de septembre auront bien du mal à rouvrir leurs portes : les parents n’envoie pas leurs enfants à cause des risques et professeurs ont peur de se déplacer ; il y a très peu de chances que la situation s’améliore dans les semaines qui viennent.
L’inflation atteint les 20% et la monnaie locale, la gourde, dégringole un peu plus chaque jour. C’est un drame pour un pays qui importe 70% des produits de première nécessité. A cause des pillages et des incendies, la plupart des commerces déclinent et n’ouvrent pas leur porte.
Dans la campagne, les produits de l’agriculture pourrissent sur place, à cause de l’insécurité des transports. Les marchés de gros sont sous la coupe des gangs. 4 millions de personnes sont en état de stress alimentaire. Les enfants sont une fois de plus victimes innocentes de la folie des adultes qui détruisent le pays.
L’essence, l’électricité, déjà très rare avant les troubles de 2019, deviennent inaccessibles pour la plupart des habitants et des entreprises...
Pour lire l’article de Médiapart sur la situation actuelle, cliquez sur la vignette.